Cent mille milliards de poèmes

Le vieux marin breton de tabac prit sa prise
que convoitait c'est sûr une horde d'escrocs
le chauffeur indigène attendait dans la brise
il chantait tout de même oui mais il chantait faux
Souvenez-vous amis de ces îles de Frise
qui se plaît à flouer de pauvres provinciaux
un audacieux baron empoche toute accise
que les parents féconds offrent aux purs berceaux
Devant la boue urbaine on retrousse sa cotte
on gifle le marmot qui plonge sa menotte
les croque-morts sont là pour se mettre au turbin
Barde que tu me plais toujours tu soliloques
tu me stupéfies plus que tous les ventriloques
toute chose pourtant doit avoir une fin


Raymond Queneau

Idea and implementation by Magnus Bodin 1997
Produced in the wonderful country of Sweden.