Cent mille milliards de poèmes

Le cheval Parthénon s'énerve sur sa frise
pour consommer un thé puis des petits gâteaux
une toge il portait qui n'était pas de mise
il n'avait droit qu'à une et le jour des Rameaux
Il déplore il déplore une telle mainmise
le vulgaire s'entête à vouloir des vers beaux
nous avions aussi froids que nus sur la banquise
elle effraie le Berry comme les Morvandiaux
La Grèce de Platon à coup sûr n'est point sotte
on sale le requin on fume à l'échalotte
le chemin vicinal se nourrit de crottin
Frère je te comprends si parfois tu débloques
tu me stupéfies plus que tous les ventriloques
toute chose pourtant doit avoir une fin


Raymond Queneau

Idea and implementation by Magnus Bodin 1997
Produced in the wonderful country of Sweden.