Cent mille milliards de poèmes

Le marbre pour l'acide est une friandise
snob un peu sur les bords des bords fondamentaux
sur l'antique bahut il choisit sa cerise
et tout vient signifier la fin des haricots
Je me souviens encor de cette heure exeuquise
le vulgaire s'entête à vouloir des vers beaux
un audacieux baron empoche toute accise
lorsqu'on voyait au loin flamber les arbrisseaux
Le poète inspiré n'est point un polyglotte
on sale le requin on fume à l'échalotte
les croque-morts sont là pour se mettre au turbin
Cela considérant ô lecteur tu suffoques
on mettait sans façon ses plus infectes loques
le métromane à force incarne le devin


Raymond Queneau

Idea and implementation by Magnus Bodin 1997
Produced in the wonderful country of Sweden.